Texte du lien
LA COCCIDIOSE
La coccidiose est une maladie parasitaire interne, provoquée par des organismes unicellulaires appelés coccidies qui colonisent la muqueuse intestinale.
On peut confondre les ookystes coccidiens avec des vers intestinaux car ils élisent domicile au même endroit en causant de la diarrhée mais il s'agit bien d'œufs.
Isopora serini est le parasite intestinal qui est principalement décelé chez les canaris. Il se multiplie pendant dans l'intestin pendant plusieurs cycles jusqu'à ce que la cellule intestinale éclate et libère les œufs qui vont contaminer d'autres oiseaux

TABLEAU CLINIQUE :
Plumage ébouriffé, ailes tombantes, abdomen gonflé, amaigrissement progressif, diarrhée.

INCUBATION : L'ookyste peut rester vivant pendant 10 à 12 mois.

OISEAUX CONCERNES : Toutes les espèces élevées en volières.

LESIONS : Dilatation intestinale, paroi intestinale épaissie, parfois entérite hémorragique. Observation au microscope d'ookystes dans le contenu intestinal.

CONTAMINATION : Les coccidies produisent des ookystes sphériques ou elliptiques, d'une couleur allant de l'incolore au brun-jaunâtre (comme des œufs microscopiques) sont rejetés dans les fientes. La maladie se développe surtout dans l'intestin, plus rarement dans le gésier et le rectum. Elle est visible 3 à 4 jours après l'absorption d'ookystes sporulées.

TRAITEMENT : Utiliser un antibiotique à base de sulfamides qui a une action bactéricide puissante. Il faut bétonner la volière et la couvrir pour éviter ce genre de maladie.

LES MEDICAMENTS LES PLUS COURANTS :
- COCCILYSE Laboratoire Moureau 5 gouttes dans 60ml d'eau pendants 5 jours.
- OCECOXYL : large spectre : Laboratoire Océ Virbac
- ESB3 30%, large spectre : Laboratoire Novartis. En vente en Belgique uniquement
- COXI PLUS, large spectre : Laboratoire Oropharma. En vente en Belgique uniquement
- BAYCOX, large spectre : Laboratoire BAYER. Plus en préventif qu'en curatif

"LA LANKESTERELLOSE


Cette maladie est également causée par des organismes unicellulaires du type Isopra serini qui se multiplie dans les globules rouges du sang. La maladie est transmise par le sang aux différents organes comme le foie, la rate, les poumons et la cervelle.
TABLEAU CLINIQUE :
Sujet en boule au fond de la cage, diarrhée, plumage ébouriffé, foie hypertrophié visible à travers la paroi abdominale d'où son nom « maladie du gros foie », maigreur.

INCUBATION : Mort en 8 à 10 jours

OISEAUX CONCERNES : Toutes les espèces au sevrage entre 8 et 10 jours, souvent les canaris.

LESIONS : Entérite.

CONTAMINATION : Transmission par vecteur des poux-rouges qui sont ingérés par les oiseaux. Le poux est un réservoir de coccidies. Il se contamine en prélevant le sang d'un oiseau atteint. Le pou est donc porteur mais non malade

DIAGNOSTIC : Mise en évidence d'un parasite dans les lymphocytes.

TRAITEMENT : Bien qu'il soit difficile d'éradiquer cette maladie, on peut utiliser un antibiotique à base de sulfamides, en préventif ou en curatif, et surtout lutter contre les poux.

LES MEDICAMENTS LES PLUS COURANTS :
- CORYLAP ,  Laboratoire Moureau En vente en pharmacie 7 gouttes pour une petite fontaine  pendant 8 jours.
- OCECOXYL, large spectre : Laboratoire Océ Virbac
- ESB3 30%, large spectre : Laboratoire Novartis. En vente en Belgique uniquement
- COXI PLUS, large spectre : Laboratoire Oropharma. En vente en Belgique uniquement
- BAYCOX, large spectre : Laboratoire BAYER. Plus en préventif qu'en curatif
LA SALMONELLOSE

L'agent de cette maladie est une bactérie « Salmonella typhimurium ». Cette maladie cause une diarrhée plus grave que celle de la colibacillose. Elle touche en plus du tractus digestif, le foie, la rate, le cœur et les poumons.
L'évolution est nettement plus rapide que la colibacillose

TABLEAU CLINIQUE :
Les ailes tombantes, oiseau apathique, yeux fermés, plumage ébouriffé, diarrhée verdâtre, plumes du cloaque souillées par les fientes, amaigrissement, mort rapide des oiseaux.

INCUBATION : 1 à 5 jours, maladie mortelle et épidémique. L'épidémie atteint souvent qu'une espèce à la fois.

OISEAUX CONCERNES : Toutes les espèces. Le risque de propagation est plus important volières extérieures que celles d'intérieures.

LESIONS : Foie noir, entérite, congestion pulmonaire.

CONTAMINATION : Par ingestion de graines ou d'eau contaminée par les fientes d'un autre sujet malade.
Cette bactérie est transmissible à l'homme et aux animaux domestiques comme le chat qui peut manger les oiseaux.

TRAITEMENT :
Selon antibiogramme. En attendant les résultats de l'analyse il faut isoler les oiseaux et soigner avec un antibiotique à base de Chloramphénicol ou Triméthoprime sulfamidé ou l'Enrofloxacine ou encore Amoxicilline qui sont des bactériostatiques très actif sur les bactéries, désinfection des cages et du matériel d'élevage. Les espoirs de sauver les oiseaux sont minces compte tenu de l'évolution rapide de la maladie.

LES MEDICAMENTS LES PLUS COURANTS :
- Mycolicine (substance Chloramphénicol palmipate), large spectre : Laboratoire Océ Virbac. L'un des plus efficace en curatif pour les adultes.
- Flumisol (substance fluméquine liquide ou en poudre), large spectre : Laboratoire Moureau Avicopharma
- Adjusol TMP sulfa liquide (substances Triméthoprime / Sulfadiazine), large spectre
- Therapim (substance Triméthoprime), large spectre : Laboratoire Oropharma (Belgique). Non commercialisé en France.
- Corylap (substance Sulfadimethoxine / Triméthoprime), large spectre : Laboratoire Moureau Avicopharma
- Baytril 10% en solution buvable 1ml/ litre d'eau (substance Enrofloxacine de la famille des fluoroquinoles), large spectre : Laboratoire BAYER PHARMA division santé animale. A utiliser qu'en extrême urgence



LA PSEUDOTUBERCULOSE

L'agent de cette maladie est une bactérie « Yersinia pseudotuberculosis ». Cette maladie touche le foie, la rate, et les poumons qui présentent à l'autopsie des nodules noirâtres assez durs.

L'évolution est très rapide, mortalité entre 2 à 3 jours

TABLEAU CLINIQUE :
Plumage ébouriffé, diarrhée, plumes du cloaque souillées par les fientes, dyspnée (difficulté respiratoire), mort rapide des oiseaux.

INCUBATION : 1 à 3 jours, maladie mortelle et épidémique. L'épidémie atteint toutes les espèces mais surtout les canaris et les indigènes.

OISEAUX CONCERNES : Toutes les espèces. Le risque de propagation est plus important en volières extérieures que celles d'intérieures.
Pour éviter cette maladie, il faudra veiller à bien protéger ses volières extérieures contre les fientes des oiseaux sauvages et les construire de façon qu'il soit impossible qu'un moineau par exemple qui serait éventuellement porteur de cette bactérie ne puisse fienter dans la volière. Il faut également être très vigilant vis-à-vis des rongeurs qui peuvent pénétrer dans la volière et la contaminer par leurs fientes ou en buvant dans l'abreuvoir ou en mangeant les graines ou pâtée présentées pour les oiseaux.

LESIONS : Nodules noirâtres sur le foie, la rate et plus difficilement à détecter sur les poumons.

CONTAMINATION : Par ingestion de graines, de pâtée ou d'eau contaminée par les vecteurs cités plus haut.

TRAITEMENT :
Selon antibiogramme. En attendant les résultats de l'analyse il faut isoler les oiseaux et soigner avec un antibiotique à base de Chloramphénicol ou Triméthoprime sulfamidé ou l'Enrofloxacine ou encore Amoxicilline qui sont des bactériostatiques très actif sur les bactéries, désinfection des cages et du matériel d'élevage. Les espoirs de sauver les oiseaux sont minces compte tenu de l'évolution rapide de la maladie.

LES MEDICAMENTS LES PLUS COURANTS :
- Mycolicine (substance Chloramphénicol palmipate), large spectre : Laboratoire Océ Virbac. L'un des plus efficace en curatif.
- Flumisol (substance fluméquine liquide ou en poudre), large spectre : Laboratoire Moureau Avicopharma
- Adjusol TMP sulfa liquide (substances Triméthoprime / Sulfadiazine), large spectre
- Therapim (substance Triméthoprime), large spectre : Laboratoire Oropharma (Belgique). Non commercialisé en France.
- Corylap (substance Sulfadimethoxine / Triméthoprime), large spectre : Laboratoire Moureau Avicopharma
- Baytril 10% en solution buvable 1ml/ litre d'eau (substance Enrofloxacine de la famille des fluoroquinoles), large spectre : Laboratoire BAYER PHARMA division santé animale. A utiliser qu'en extrême urgence
La variole du canari
La maladie est virale et contagieuse et peut causer la mortalité de tout un élevage.C'est bien pendant les fortes chaleurs et donc de juin à septembre qu'elle est le plus à craindre.
On observe l'apparition de boutons aux pattes ou à côté du bec ou même à l'œil. On a vu que des oiseaux affectés aux pattes pouvaient perdre l'un de leurs doigts. Les boutons, ainsi formés, sont gorgés de pus.
C'est le signe précurseur et typique de la maladie. Elle est consécutive à la piqûre de moustiques.
La contagion est extrêmement rapide eu égard à la promiscuité des oiseaux. En quelques jours, l'ensemble de l'élevage est atteint.
Dans sa forme la plus aiguë, la variole peut même atteindre le système respiratoire. La respiration devient bruyante et l'oiseau se met en boule.La mort de l'oiseau intervient en quelques jours.
Un vaccin existe, mais n'a pas d'autorisation de vente sur le marché français : « LE POULVAC CANARI ». Il est utilisé par l'ensemble de nos voisins et Eleveurs Belges.
Il se présente et s'utilise deux flacons doivent être mélangés et utilisés dans les 2 heures.
La vaccination s'opère en traversant la membrane alaire de l'oiseau, dans sa partie la plus jaune. Piquer  l'oiseau et quelques jours après la vaccination, vérifier que le vaccin est bien « pris ». Vous constaterez l'apparition d'un petit bouton rouge à l'endroit de la vaccination. Il faut être deux pour vacciner. Le premier tient l'oiseau dans une main, sur le dos, et de l'autre main, il écarte l'aile et la souffle afin de permettre d'écarter les plumes. Le deuxième pique. L'aiguille est flambée avant l'usage et désinfectée entre les passages d'une dizaine d'oiseau. Avec une dose de vaccin, vous vaccinez environ 150 sujets.

La gale des pattes et du bec
Cette maladie parasitaire se traduit par des croûtes blanchâtres ou jaunâtres, dures avec parfois une petite plaie. Localisées au niveau des doigts, les pattes et /ou la base du bec.

Cette maladie causé par un acarien du genre Cnemidocopte n'est pas mortelle mais provoque des démangeaisons désagréables pour nos oiseaux. Ils peuvent même se faire saigner en essayant de se piquer les pattes pour se débarrasser de leurs croûtes.

TRAITEMENT :
Emploie de vitamine E à fortes doses grace au FLORAFEROL Laboratoire Moureau 8 gouttes dans 60 ml d'eau

1. Local par application d'une solution : Océgale de Océ Virbac ou Pyregale de Brunet Wyon.

2. Un autre traitement local consiste à enduire les zones atteintes à l'huile de Gade ou de vaseline

3. Ou encore Déposer sur la membrane alaire ou la peau de la nuque de l'oiseau, une goutte d'un produit contenant environ 1% d'Ivermectine.

Désinfecter la cage et les accessoires tels que les perchoirs et éviter de déposer du sable en fond de cage suivant la méthode employée
La trichomonose respiratoire du canari
Cette maladie qui touchait essentiellement les pigeons, est, malheureusement, de plus en plus courante chez le canari. Elle est capable, si elle n'est pas traitée rapidement, de décimer tout votre élevage. C'est une maladie donnée par un parasite du type protozoaire, le Trichomonas spp. Par conséquent la plupart des antibiotiques destinés à combattre les maladies bactériennes sont d'une totale inefficacité.
Les seules molécules pouvant être capables d'enrayer la propagation de cette maladie et de la guérir sont le Rodinazole, le Carnidazole, le Metranidazole et Dimetridazole.
ALAZOL des laboratoires MOUREAU dont la molécule est le Dimetridazole.
en savoir plus :
Maladieducanaritrichomonose.pdf    ou   ICI 
Chlamydiose - Psittacose - Ornithose

La chlamydiose, aussi nommée psittacose ou ornithose, est une maladie très importante à connaître dans le domaine aviaire et ornithologique, puisqu'elle est fréquente. Elle est causée par une bactérie Chlamydophilia psittaci. Beaucoup d'oiseaux sont atteints de cette maladie et peuvent donc la répandre. Le terme chlamydiose est le terme global de la maladie, le terme psittacose fait référence aux psittacidés atteints (perruches et perroquets) tandis que le terme ornithose est surtout utilisé pour les oiseaux autres que psittacidés.

L'ornithose est essentiellement une maladie des voies respiratoires mais elle atteint également d'autres organes tels les articulations, le foie, la rate, ... Elle est responsable d'arthrite, de diarrhée et la mortalité d'oiseaux adultes non maigres. Elle peut alors ressembler à la salmonellose. Cette bactérie est l'un des nombreux agents susceptibles de provoquer un coryza.

La contamination peut se faire par contact direct avec d'autres oiseaux atteints.

Les symptômes:
- Inflammation de l'oeil
- Respiration bruyante et difficile
- Infection de la membrane nictitante (paupière)
- Des fientes verdâtres

La maladie se soigne facilement à l'aide d'antibiotiques tels la tétracycline (contenue dans ERYTAVICOL par ex) ou la Doxycycline - Hyclate (dérivé de la tétracycline contenu dans ORNICURE fabriqué par le laboratoire OROPHARMA et vendu en Belgique uniquement)

Traitement pour les canaris :
- Pour les cas modérés : 5 à 8 jours
- Pour les cas graves : 30 à 45 jours

Une attention particulière doit être apportée à la manipulation des oiseaux infectés.
La plupart des infections sont transmises à l'homme par inhalation mais peuvent très bien se faire par contact direct (nez, bec, manipulation de plumage ou de tissu contaminé).
La chlamydiose doit être considéré comme un risque réel chez les animaliers, les éleveurs et les vétérinaires.
Il ne faut pas hésiter à porter des masques, surtout lors des manipulations et des autopsies.


La mégabactériose ou proventriculite

Le canari est l'oiseau le plus sensible à cette pathologie

LES CAUSES :
C'est une bactérie qui est nettement plus grande que les autres d'où son nom. Celle-ci est présente au niveau du proventricule chez l'oiseau sain. Elle est autorégulée par le PH au niveau de la muqueuse du proventricule. Elle a tendance à se multiplier de façon anarchique lorsque le PH augmente, entraînant des troubles de la digestion de l'oiseau.
L'augmentation du PH est due à une mauvaise alimentation qui est trop riche en graisse ; ceci arrive si l'oiseau mange trop de graines noires et de l'avoine pelée.

LES SYMPTOMES :
Cette maladie non contagieuse évolue en à peu prés deux mois durant lesquels on constate :
• Que l'oiseau va commencer à présenter de la diarrhée
• Qu'il maigrit malgré un appétit normal
• Qu'il se tiendra de plus en plus en boule avec des plumes rugueuses
• L'apparition du bréchet saillant en forme de lame de couteau
• Que le bec deviendra légèrement bleu

LE TRAITEMENT :
Si l'on veut éviter la mort de l'oiseau, il faut avant tout traiter PREVENTIVEMENT.
Ce traitement un peu spécial, consiste à acidifier l'eau de boisson ou l'alimentation. Il existe dans le commerce différents produits ( Mégabactin de Comed, Orni-Flor 3 en 1 sous la forme liquide de Brunet.....) mais ma préférence à titre préventif se porte sur l'eau de boisson que l'on peut acidifier avec du vinaigre de cidre à raison de 1 CAS (15ml) pour 1 litre d'eau, un à deux jours par semaine.
De plus, il faudra donner à l'oiseau un mélange composé de graines blanches, du grit et des vitamines.

A TITRE CURATIF : Si l'on soupçonne cette maladie, traiter à l'esprit de sel dans l'eau de boisson en continu jusqu'à la guérison.

COMMENT PREPARER LA SOLUTION A L'ESPRIT DE SEL
Prenez 10 ml d'esprit de sel 30% et ajoutez y 20 ml d'eau dans un récipient (abreuvoir non utilisé par exemple ou un flacon). Vous obtenez une solution de 30 ml.
Ensuite, prenez 2 ml des 30 ml de cette solution et mélangez les 2 ml avec 1 litre d'eau.
Respectez bien ce dosage, l'esprit de sel est un produit très dangereux si le dosage ci-dessus n'est pas suivi à la lettre.
Et pour terminer, remplissez l'abreuvoir avec ce mélange
LA PROVENTRICULITE OU MEGABACTERIOSE :

La solution acide contenue dans le proventricule de nos oiseaux, pour avoir une action performante sur l'assimilation des protéines par certains enzymes, doit avoir un pH compris entre 2 et 3. Donc, moyennement acide.

Le pH et son contrôle sont décrit sommairement ci-après en fin d'article

Le manque d'acidité dans le système digestif en général et donc dans le proventricule, permet à des bactéries, appelées mégabactéries à cause de leur taille, de se développer en trop grand nombre dans le proventricule et de le modifier en le faisant monter aux alentours de 6~7.

Cette carence en acide crée un état favorable à l'apparition d'une maladie appelée "Proventriculite" ou "Mégabactériose" qui entrave gravement l'assimilation des protéines contenues dans les aliments. Cette maladie bien connue est populairement appelée "maladie du couteau" à cause du bréchet de l'oiseau qui devient saillant par car cause d'amaigrissement excessif. Généralement, lorsqu'on constate cet amaigrissement, il est hélas souvent déjà trop tard.

Les graines non assimilées se concentrent dans le proventricule. L'oiseau se tient généralement près de la source de nourriture, ne s'alimente plus, dépérit et meurt à plus ou moins brève échéance.

Le bon remède pour rétablir le bon niveau d'acidité dans le système digestif est le ré-acidification par l'intermédiaire de l'eau de boisson.

Cette ré-acidification peut se faire par addition d'acide chlorhydrique (esprit de sel) dans l'eau de boisson. Ce procédé à l'aide d'un produit chimique très agressif donne une solution avec un pH compris entre 2 et 3, donc similaire au pH original du proventricule de l'oiseau.

Un même résultat, sinon plus naturel, est obtenu avec une solution de 20 millilitres de vinaigre de pomme à 5° par litre d'eau. Les dosage de cette solution étant beaucoup plus facile à réaliser, il y a donc aussi moins de danger à la préparer et à l'utiliser. Cette solution plus naturelle a un pH inférieur à 2, donc un peu plus acide que la précédente à base d'acide chlorhydrique et que le pH original du proventricule de l'oiseau. En conséquence, le traitement sera donc plus rapide qu'avec l'acide chlorhydrique.
LA PROVENTRICULITE OU MEGABACTERIOSE :

La solution acide contenue dans le proventricule de nos oiseaux, pour avoir une action performante sur l'assimilation des protéines par certains enzymes, doit avoir un pH compris entre 2 et 3. Donc, moyennement acide.

Le pH et son contrôle sont décrit sommairement ci-après en fin d'article

Le manque d'acidité dans le système digestif en général et donc dans le proventricule, permet à des bactéries, appelées mégabactéries à cause de leur taille, de se développer en trop grand nombre dans le proventricule et de le modifier en le faisant monter aux alentours de 6~7.

Cette carence en acide crée un état favorable à l'apparition d'une maladie appelée "Proventriculite" ou "Mégabactériose" qui entrave gravement l'assimilation des protéines contenues dans les aliments. Cette maladie bien connue est populairement appelée "maladie du couteau" à cause du bréchet de l'oiseau qui devient saillant par car cause d'amaigrissement excessif. Généralement, lorsqu'on constate cet amaigrissement, il est hélas souvent déjà trop tard.

Les graines non assimilées se concentrent dans le proventricule. L'oiseau se tient généralement près de la source de nourriture, ne s'alimente plus, dépérit et meurt à plus ou moins brève échéance.

Le bon remède pour rétablir le bon niveau d'acidité dans le système digestif est le ré-acidification par l'intermédiaire de l'eau de boisson.

Cette ré-acidification peut se faire par addition d'acide chlorhydrique (esprit de sel) dans l'eau de boisson. Ce procédé à l'aide d'un produit chimique très agressif donne une solution avec un pH compris entre 2 et 3, donc similaire au pH original du proventricule de l'oiseau.

Un même résultat, sinon plus naturel, est obtenu avec une solution de 20 millilitres de vinaigre de pomme


Comme pour la solution à l'acide chlorhydrique, on renouvellera tous les jours la boisson ainsi obtenue jusqu'à guérison complète.

Cependant, si on a trop attendu avant de commencer les soins curatifs avec l'un ou l'autre des deux types de traitement, ils seront inefficaces et il faudra généralement se résoudre à une issue fatale.

Le contrôle de l'acidité et donc du pH :

L'unité de contrôle de l'acidité ou de l'alcalinité d'une solution aqueuse (ce qui nous intéresse) est le pH. Le degré d'acidité/alcalinité se contrôle sur une échelle à progression logarithmique (soit à la puissance 10, soit 110) étalonnée de 0 à 14.
0 représente la concentration acide maximum, 14 égale donc la concentration alcaline maximum et corollairement, 7 est le point de neutralité ou l'acidité et l'alcalinité sont égales et s'annulent. Le tableau ci-dessous donne une idée de la progression tant en acidité qu'en alcalinité.

0 = 1000.000
1 = 100.000
2 = 10.000
3 = 1000
4 = 100
5 = 10
6 = 1
7 = 0
8 = 1
9 = 10
10 = 100
11 = 1000
12 = 10.000
13 = 100.000
14 = 1000.000

La valeur 0 est donc un million de fois plus acide que la valeur 6 et la valeur 14 est donc un million de fois plus alcaline que la valeur 8.
La valeur 7 est dite neutre car les pourcentages acide et alcalin s'égalent en quantité infinitésimale dans la solution (dilution de 1/10.000.000me).

Pour information, l'acidité naturelle d'une pomme représente un pH de ± 5, donc, très légèrement acide.

Remarque : L'utilisation d'antibiotiques est sans effet sur un cas avéré de proventriculite.